Le club de lecture Koutoub tiendra sa deuxième session le jeudi 27 janvier. La réunion concentrera ses débats sur l’œuvre de Tahar Ben Jelloun, « Le Printemps Arabe ».

 

À propos de l’auteur

Tahar Ben Jelloun est né en 1944 à Fès (Maroc). Depuis 1955 il vit entre Tanger et Paris et collabore régulièrement au journal Le Monde. Ses premières publications furent des sélections de poèmes, comme « Cicatrices du soleil » ou « Le discours du chameau », dans lesquels il teste une écriture  qui contient les légendes maghrébines et les problèmes sensibles de la société contemporaine.

Dans sa prose il aborde des sujets tabous et des êtres exclus de la parole, et en elle  émerge un langage interdit, en relation avec le corps, la sexualité ou le statut de la femme. Ses récits se laissent régir par les troubles de mémoire et l’insubordination de l’imagination, et s’éloignent du schéma du roman traditionnel.

Ben Jelloun fut enfermé par le régime marocain en 1966, soupçonné d’avoir organisé et participer à des manifestations d’étudiants qui eurent lieu un an avant. Scolarisé en français, il fut enseignant de philosophie à Tétouan et Casablanca, jusqu’à ce que l’enseignement de la philosophie fut arabisé en 1971, par les autorités marocaines. A partir de là il décida de s’installer à Paris où il se spécialisa en Psychologie sociale.

Il a développé sa carrière professionnelle comme écrivain en France, ce qui lui donna le prix le plus important des lettres gauloises, le Prix Goncourt, en 1987, avec La nuit sacrée, roman suite de l’enfant de sable ( 1985 ). Le théâtre et l’essaie, en plus des romans, en ont fait l’un des auteurs de langue française les plus connus au monde.

Il continue de songer à son pays, comme c’est souvent le cas pour les passionnés par la terre natale, et maintient une relation d’amour-haine qui à la fois l’aime et la critique. Ce conflit entre ce qu’on abandonne et ce qu’on aimerait trouver à notre retour, mais ne se trouve pas.

À propos de l’oeuvre

« Le Printemps Arabe » ( 2011 ) est une brève tentative d’explication des phénomènes historiques dont les protagonistes, depuis novembre 2010, furent tous les pays depuis l’Atlantique jusqu’au Proche-Orient. C’est ainsi que Tahar Ben Jelloun a expliqué son œuvre :

 « J’ai écrit ce livre pour expliquer ce qui se passe aujourd’hui dans le monde arabe, même si personne ne pouvait envisager ce printemps révolutionnaire, il est également vrai que pendant les dernières années on pouvait percevoir plusieurs signes annonciateurs.

Mon travail comme observateur, recueilli pendant la dernière décennie dans les articles de presses internationales, ainsi que mon voyage en Libye en 2003, m’ont permit de constater l’exaspération générale du peuple arabe, victime des régimes inacceptables. La patience des peuples a une limite, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase : il s’est brisé en mille morceaux ».

Tahar Ben Jelloun en langue espagnole

  • « De l’islam qui fait peur ». Alianza Editorial, 2015.
  • « Le bonheur conjugal ». Alianza Editorial, 2014.
  • « Au Pays ». Alianza Editorial, 2013.
  • « Sur ma mère ». El Aleph, 2009.
  • « Éloge de l’amitié ». El Aleph, 2007.

 

…Et dans les médias :

Audiovisuels

 
Autres Ressources

 

Site Web personnel de l'autor TAHAR BEN JELLOUN 


 

Partagez-le