La Fondation Euro-arabe, organise demain jeudi 18 janvier, par le biais de sa Chaire Internationale de la Culture Amazighe, un programme d'activités pour commémorer le Yennayer. Le programme comprend différentes activités telles que la réalisation d'un atelier de décoration de céramique amazighe, une exposition photographique et une dégustation gastronomique amazighe.

YENNAYER 2974 / 2024 NOUVEL AN AMAZIGH

Le Yennayer est une fête ancestrale et traditionnelle du peuple amazigh célébrée avec un esprit de joie et de coexistence dans les régions du nord de l'Afrique, dans les îles Canaries et dans les pays subsahariens qui restent attachés à cette tradition centenaire du peuple amazigh.

Le Yennayer est la célébration du Nouvel An amazigh, c’est le premier jour de l’année du calendrier agraire utilisé depuis l’antiquité par les amazighes, et correspond à la victoire de  Sheshonq I  sur le pharaon Ramsès III et à son intronisation en tant que pharaon de l’Égypte. C’est le fondateur de la XXIIe  dynastie qui a régnée en Égypte jusqu’en 715 av. J-C.

Le mot Yennayer est composé de "yen", qui signifie "premier", et de "ayer" (ou ayyur), qui signifie "mois". Il correspond au premier jour du calendrier agraire utilisé par les Amazighs pendant des siècles, et qui correspond lui-même au calendrier julien adopté en Afrique du Nord dans la Rome antique et décalé de treize jours par rapport au calendrier grégorien. Cette fête est célébrée le 12 janvier de chaque année et correspond au premier jour de janvier du calendrier julien. Selon le calendrier amazigh, cette année 2024 correspond à l'année amazigh 2974.

Outre son caractère traditionnel et populaire, cette festivité a une composante revendicative de la part du peuple amazigh, qui réclame la récupération des fêtes traditionnelles de sa culture pour qu'elles ne se perdent pas. Dans ce sens, le Yennayer a été établi comme jour férié en Algérie et au Maroc, respectivement depuis 2018 et 2024.

PROGRAMME YENNAYER 2974 À LA FONDATION EURO-ARABE

17:30h. Atelier de 'Décoration Céramique Amazighe Rifaine'

  • Atelier d'initiation à la décoration de quelques pièces en céramiques, de terre rouge et blanche, avec des symboles amazighs traditionnels et des teintures naturelles. La céramique est un élément essentiel de la vie quotidienne des Amazighs.

19:00 h. Vernissage: « Le Rif du début du XXe siècle vu par Émilio Blanco Izaga »

  • Exposition de photographies de Émilio Blanco Izaga prises pendant son séjour dans le Rif entre les années 1927 et 1945, dans son rôle d'intervenant du Protectorat espagnol au Maroc.

19:30 h. Dégustation gastronomique de la cuisine amazighe

  • La nourriture du Yennayer est un élément central de la célébration. Les participants à cette célébration organisée par la Fondation Euro-arabe pourront déguster des produits typiques amazighs tels que : thé, laban, amlou, fruits secs de saison, thighwawin et douceurs typiques. Il y a une grande symbolique dans la préparation du menu du Yennayer, dans sa présentation et aussi dans la façon dont il est consommé. Tout cela est destiné à mettre un terme à la faim, à augurer une bonne année, à obtenir de bonnes récoltes, à bénir le changement et à accueillir avec ferveur les forces invisibles auxquelles la culture amazighe croyait.

EXPOSITION

Le Rif des débuts du XXe siècle vu par Émilio Blanco Izaga

Du 18 de janvier au 23 février 2024.

Horaire de visites.

Du lundi au jeudi de 9h. à 14h. et de 17h. à 20h. Vendredi de 9h. à 14h. Week- End et fériés fermés.

Les photographies, prises en noir et blanc et au format standard de l'époque, ont été retouchées dans le but de retrouver la couleur originale des détails et ont été spécialement agrandies pour une meilleure visualisation.

- Photo de l'affiche de l'itinéraire de Émilio Blanco Izaga. Journées organisées par l'Institut espagnol Melchor de Jovellanos à Al Hoceima en 2015, sous le titre " Émilio Blanco Izaga et la culture du Rif ".

EMILIO BLANCO IZAGA

(Orduña-Vizcaya,1892- Madrid, 1949) Diplômé de l'Académie d'infanterie en 1913, il est affecté à Larache, dans le protectorat espagnol du Maroc, en 1914. Militaire intervenant colonial du protectorat espagnol du Maroc de 1927 à 1945, il fut délégué aux affaires indigènes de 1944 à 1945.

Blanco était rattaché aux africanismes, et selon Alfonso Iglesias Amorín, il correspondait mieux au profil des africanistes espagnols du 19ème siècle, soutenu par un plus grand respect de la population locale, une plus grande conscience du tissu social et culturel du Protectorat et une préférence pour les solutions pacifiques, plutôt que le sous-ensemble du militarisme africain incarné par Francisco Franco, José Sanjurjo, Emilio Mola, José Millán-Astray et Juan Yagüe, caractérisés par un désir de promotion militaire rapide, moins de sens culturel et l'adoption de positions anti-démocratiques.

Lassé des influences arabes et françaises sur les Amazighs, il rejette les influences occidentales et arabes sur l'architecture de la région. À la recherche d'un style idéal pour les Rifains, il conçut une série de petits bâtiments dans le protectorat, basés sur un mélange de ksar du sud marocain, d'architecture égyptienne néo-pharaonique et de modèles précolombiens.

Grand connaisseur du droit coutumier rifain, il vante les avantages du maintien en vigueur des assemblées locales par rapport à l'influence dictée par le Makhzen, allant jusqu'à affirmer que "le ridicule (de la part de l'administration coloniale espagnole) est de ne pas avoir protégé le Rif de la contamination de la charia".

Source d'information : https://en.wikipedia.org/wiki/Emilio_Blanco_Izaga

Pour en savoir plus sur Emilio Blanco Izaga, voir "La mujer rifeña en la obra de Emilio Blanco Izaga" (La femme rifaine dans l'œuvre d'Émilio Blanco Izaga) :​

https://www.tubqalmarruecos.com/la-mujer-rifena-en-la-obra-de-emilio-blanco-izaga

 

Share this post